S'inscrire !

  • Publication : 23 09 2014
  • Catégorie :Matériel médical et aménagement

La scoliose traitée efficacement avec des tiges à croissance contrôlée magnétiquement    

La video d'un enfant amyotrophie spinale type 1 utilisant une nouvelle technique pour traiter la scoliose. Et sous la video une petite étude qui date de 2012 sur cette technologie.

Une première étude chez l’homme montre que de nouvelles tiges à croissance contrôlée magnétiquement peut traiter la scoliose chez les enfants en étant étendues à l’aide d’une technique non-invasive en même temps que la colonne vertébrale se développe, sans une chirurgie répétée invasive utilisée avec la technologie à tiges existante. L’étude a été réalisée par le professeur Kenneth Cheung et le Dr Dino Samartzis, du Département d’orthopédie et de traumatologie, de l’Université de Hong Kong et ses collègues.

La scoliose est une déformation rachidienne caractérisée par une déviation latérale de la colonne vertébrale, qui se produit principalement chez les adolescents et les jeunes enfants. Si elle n’est pas traitée, elle peut évoluer rapidement, causant une déformation esthétique/physique et des problèmes respiratoires. Pour les enfants atteints de scoliose sévère, qui sont encore en croissance, la pratique traditionnelle a consisté à insérer chirurgicalement des tiges extensibles sous anesthésie générale le long du segment de la courbe de la déformation vertébrale.

Ces tiges doivent être allongés (une procédure appelée « étirement ») tous les 6 mois, encore une fois sous anesthésie générale en utilisant de la chirurgie invasive et nécessitant une hospitalisation. Cette chirurgie «traditionnelle» à tige « de croissance » est associée à divers inconvénients socio-économiques. Par exemple, les enfants manquent l’école et les parents pourraient avoir à s’absenter du travail pour soutenir leur enfant. En outre, les coûts de soins de santé, associés à chaque chirurgie et hospitalisation sont considérables. Ainsi, dans cette nouvelle étude, les auteurs ont évalué un nouveau système détirement à commande magnétique et à distance, (MCGR: magnetically-controlled growing rod) qui permet de fréquents étirements externes non-invasifs.

Les médecins ont implanté le système MCGR chez cinq patients, dont deux ont été suivi maintenant pendant 24 mois. Chaque patient a subi des étirements externes mensuels. La radiographie a été utilisée pour mesurer l’ampleur de la courbure vertébrale, la longueur d’étirement de la tige, et la longueur de la colonne vertébrale. Les résultats cliniques ont été évaluées en mesurant le degré de la douleur, la fonction, la santé mentale, la satisfaction à l’égard du traitement, et la procédure de complications liées.

Dans le cas des deux patients suivis pendant 24 mois, le degré moyen de la scoliose était de 67° avant l’implantation et de 29° 24 mois plus tard. La longueur du segment instrumenté de la colonne vertébrale a augmenté en moyenne de 1,9 mm à chaque étirement ambulatoire et en congruence (1) avec leur croissance normale. Tout au long de suivi, deux patients n’ont eu aucune douleur, ont eu un bon résultat fonctionnel, et ont été satisfaits de la procédure. Aucune complication MCGR connexe n’a été notée.

- 1) Qualité de ce qui est adéquat et coïncide avec autre chose.

The authors say: « MCGR will eliminate the need for repeated operations under general anaesthesia, wound complications, and socioeconomic and health-care costs associated with the procedure. The preliminary results from the first two patients to undergo the treatment for a minimum of 24 months suggest that this non-invasive outpatient procedure is effective and safe. Whether MCGR leads to significantly better outcomes than traditional growing rods is not yet known, but early results are positive and the avoidance of open distractions is a great improvement. Additionally, this new growing rod system has potentially widespread applications in other disorders that could benefit from a non-invasive procedure to correct abnormalities. MCGR could assist with correction of limb abnormalities, thoracic insufficiency syndrome, limb lengthening, limb salvage procedures, or any disorders or injuries in which slow, progressive change to bone structures is needed. »

In a linked Comment, Dr John T Smith, University of Utah School of Medicine, Salt Lake City, UT, USA, and Dr Robert M Campbell Junior, The Children’s Hospital of Philadelphia, University of Pennsylvania, PA, USA, say that more patients need to be followed up for longer to substantiate the results in this study, and long-term functionality of magnetic rods must be proven.

They add: « Magnetically controlled growing-rod technology is being developed outside the USA, where, in our view, the pathway to develop and test new technology faces excessive barriers (growing rods remain unapproved by the US Food and Drug Administration). If this technology was available in the USA, we believe that it would be rapidly used to avoid repetitive surgeries and improve quality of life for children with spinal deformity. We strongly encourage Cheung and colleagues to continue to report their results—both positive outcomes and adverse events. We are hopeful that further development of the technology will make this treatment increasingly available to children worldwide. »

Contact:

Professor Kenneth Cheung and Dr Dino Samartzis
Department of Orthopaedics and Traumatology
Queen Mary Hospital and The Duchess of Kent Children’s Hospital
The University of Hong Kong, Hong Kong. 
+852 2255-4254 
cheungmc@hku.hk
dsamartzis@msn.com

Dr John T Smith
University of Utah School of Medicine
Salt Lake City, UT, USA
+1 801-662-5620 
john.smith@hsc.utah.edu

 

Source : ici